Pourquoi il est temps d'innover dans le traitement du chômage

Les raisons sont évidentes. Il suffit d'accepter de les voir.

Les fortes croissances sont terminées. Les 30 glorieuses sont du passé. Hors périodes d'après guerre, la croissance mondiale n'est pas à 2 chiffres et nous devons la partager de plus en plus avec les pays émergents. Notre part diminue mécaniquement. L'asie (principalement Chine, Corée, Malaisie, Singapour, Indonésie, Thailande) et l'Inde font 3 millards d'habitants. Presque la moitié du monde. Ajoutez Brésil, Russie, etc ...
Une grosse partie de la croissance mondiale est en Asie et les usines vont à l'endroit où sont les consommateurs (les nouvelles classes moyennes asiatique et indienne).
Vous avez 150 raisons (économiques comme politiques) pour "justifier" le taux de chômage: désindustrialisation, part de main d'oeuvre en diminution dans les produits manufacturés (automatisation, robotique), adéquation entre études/formations et le marché du travail (c'est plus facile de trouver une licence de lettres qu'un plombier), démographie, etc ... et il y a 150 raisons pour vous indiquer que le retour au plein emploi (taux < 3%) ne reviendra plus.
Il y a également une chose très simple et très facile à considérer: l'Allemagne. Ce sont nos voisins, le pays de nos principaux échanges. L'Allemagne a utilisé à peu près toutes les choses utilisables pour diminuer son chômage. Industries puissantes et variées, tissus de pme, mini job, régionalisation, balance commerciale excédentaire, peu de grèves, dialogues sociaux, réformes de longue date, etc … Peu importe le juste ou le pas juste envers les Allemands, l'Allemagne a encore ... 5% de chômeurs en 2013. Il y a 35 ans que la France n'a pas avoisiné les 5%. 35 ans !!!!
D'où les simples questions stupides qui ne sont pas si stupides : La France arrivera a 5% quand ?
Comment elle arrivera à 5% et même moins ? Allons nous laisser des personnes (en espérant que ce ne soit pas toujours les mêmes) par millions sur le carreau pendant des années ? Est ce normal ? Est ce moral ? Est ce une solution d'avenir ? Et les jeunes ? Vos politiques vous ont éclairés sur ses questions ?

Il est assez simple de pouvoir dire: LE PLEIN EMPLOI N'EXISTERA PLUS EN EUROPE. Et si vous êtes convaincu de ce fait, vous êtes convaincu qu'il faut procéder autrement que d'accepter un chômage de MASSE (car c'est devenu un chômage de masse) associé à des augmentations de prélèvements pour traiter du non emploi et provoquer plus de chômage. La courbe fera des hauts et des (légers) bas et la tendance sur le long terme sera malheureusement plus.
La cause est le non emploi, le chômage est la conséquence. Il convient donc de traiter le non emploi.

Courbe de la croissance mondiale

(source Banque Mondiale)
Comment voulez vous que la France cartonne en sachant que l'Asie est au dessus de cette moyenne. La France est donc en dessous et le restera désormais mais nous ne sommes pas obligé d'être dans les mauvais élèves.

Moyenne de la croissance en France

(source http://www.nouvelledonne.fr/ le parti de Pierre Larrouturou. Qu'ils m'excusent d'avoir piqué une image)
C'est une preuve supplémentaire qu'il y a peu (vraiment très peu) de chances de résorber le chômage avec une hypothétique croissance. Le scandale est de continuer de se voiler la face et surtout de faire croire le contraire.
Rien dans les statistiques prises sur des décénnies n'indique qu'il a existé une quelconque politique à créer de l'emploi. On laisse donc forcément des millions de personnes sans emploi, le nombre augmentant décénnie après décénnie et jusqu'à combien ?

Ce que coute le chômage ?

Sur ce lien officiel, vous allez trouver un début de réponse édifiant. Ce qui me paraît édifiant est que ce soit connu, chiffré et peu considéré (il faut dire que le chemin du lien n'est déjà pas simple ...). Au fait, on était en 2010. Vous pouvez extrapoler la réalité de 2014.

http://travail-emploi.gouv.fr/etudes-recherches-statistiques-de,76/etudes-et-recherches,77/publications-dares,98/dares-analyses-dares-indicateurs,102/2013-007-les-depenses-en-faveur-de,15846.html

2013-007 - Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail en 2010

Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail, ciblées ou générales, sont estimées à 90,8 milliards d’euros (Md€) en 2010, soit 4,7 points de PIB.

Les « dépenses ciblées » en faveur du marché du travail s’élèvent à 50,1 Md€ en 2010, soit 2,6 points de PIB. Elles sont en forte hausse pour la deuxième année consécutive (+8 % en euros constants, après +17 % en 2009), dans un contexte de reprise fragile de l’activité, mais de poursuite de l’accroissement du nombre de demandeurs d’emploi et de mise en oeuvre du plan de relance de l’économie. Les dépenses d’indemnisation au titre du chômage en constituent plus de la moitié (56 %), loin devant les aides à l’emploi -principalement les contrats aidés- (18 %), la formation professionnelle des demandeurs d’emploi (15 %) et les moyens consacrés au service public de l’emploi (12 %).

Les « dépenses générales » en faveur de l’emploi et du marché du travail atteignent 40,7 Md€ en 2010, soit 2,1 points de PIB, dont 22 Md€ au titre des allégements généraux de cotisations sociales ciblés sur les bas salaires et 4,6 Md€ en faveur des heures supplémentaires. S’y ajoutent essentiellement les dépenses au titre des incitations financières à l’emploi (prime pour l’emploi et RSA « activité ») et des mesures en faveur de l’emploi dans certains secteurs d’activité ou dans certaines zones géographiques. Le montant des dépenses générales a diminué de 3,4 % en euros constants par rapport à 2009 ; il reste ainsi nettement inférieur à celui des dépenses ciblées.

À la lisière de ces politiques en faveur de l’emploi et du marché du travail, certaines dépenses sociales (minima sociaux dont le RSA « socle » principalement) représentent en sus 14 Md€ en 2010.


Si vous avez été lire le lien … c'est cher le cout du chômage !!! On parle de plus de 100 milliards. Ajoutez la non consommation, les non impôts, la non alimentation des différentes caisses, les répercussions sur la santé, la délinquance, l'éducation, le moral, la convivialité, etc … Combien de mots négatifs vous pouvez mettre sur chômage et combien de mots positifs vous pouvez mettre sur emploi ?

Là, c'est le pdf. Des fois que ce qui est lointain soit oublié. 2013-007 - Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail en 2010 (janv. 2013) (pdf - 1.7 Mo)

Courbe du chômage

(source Alternatives économiques)
Je n'ai pas trouvé une courbe plus explicite graphiquement (les colonnes verticales pour le % de chômage). La courbe est à fin 2009. Fin 2013, le taux est à 10.2%. Ce qui fait 3.3 millions pour la classe A. La classe B (- de 78h de travail dans le mois) fait environ 2 millions. Pour revenir au niveau de 1975, il faut diviser le chômage par ... 3. Vous pensez qu'il suffit d'un quinquenat, 3 promesses électorales et des mesurettes ?
Il faut être conscient que années après années, on laisse des personnes et peut être des vies entières dans les colonnes vertes. Et même si ce n'est pas votre vie, vous en avez l'influence.

Pourquoi les méthodes habituelles ne résolvent rien ?

Je serais tenté de dire ... ça se verrait et cette réponse suffirait d'elle même.
Nos gouvernants ont toujours utilisés les mêmes armes depuis des décennies. L'inneficacité, ce n'est pas moi qui le dit: ce sont les graphiques qui vous le démontrent.
Depuis que je vote, aucun président n'a quitté sa fonction avec moins de chômeurs que le jour de sa prise de fonction. Impressionnant de non résultat. Toutes les mesures classiques ont donc été utilisées. Il y a eu des périodes d'amélioration, toujours tirées par la croissance mondiale et non par la politique puis toujours un effacement ensuite. Rien de durable.
La croissance par la consommation est nulle depuis que les frontières ne sont plus hermétiques. C'était presque bon avant (consommation de made in France) mais aujourd'hui …
La croissance par la baisse de charges: oui mais il faut vraiment des baisses et ne pas reprendre d'une autre manière: si vous coutez moins cher à l'entreprise, c'est bon pour l'emploi mais si les impôts ont augmentés pour payer la baisse, ce n'est pas bon pour la consommation. Il faut également donner du long terme, de la confiance aux investisseurs. Ce qui n'est jamais précisé. Actuellement les investisseurs français ou étrangers ont déserté la France. La dernière fois que l'on vous a annoncé l'implantation d'une usine de 1000 emplois sur le territoire national ?
Baisser les charges fait partie des solutions si il y a surtout la pérennité et là, ce n'est pas gagné d'avance. Dans tous les cas, c'est long et on sacrifiera une partie des citoyens.
La baisse de charges, on vient de l'annoncer (avril 2014). Sera t'elle durable (à cause de la confiance) ?, non remise en cause plus tard (Europe, changement de gouvernement) ?, son temps de produire des effets sera de combien d'années ? Presque peu importe car elle ne résorbera pas le chômage de masse (revoir l'exemple de l'Allemagne avec ses 5 % malgré toutes ses dispositions prises depuis 20 ans). Il y aura encore des millions de chômeurs dans un pays qui a quitté les 5% de chômage, il ya 35 ans.
Les marges de manœuvres financières sont nulles. Le pays est endetté pour longtemps.
La France n'est plus un moteur mondial, une locomotive.

En résumé

- ne rien attendre de la croissance.
- quand vous avez fait le maximum classique, vous n'avez pas sorti tout le monde du chômage.
- vous n'avez pas un euro à injecter dans l'économie sauf à le prendre ailleurs.
- le cout global du chômage est monstrueux. Il y a les éléments calculables (pôle emploi, formation, déductions de charges, aide à la mobilité, etc …), les éléments calculables mais plus disséminés (allocations logement, cmu, exonérations, tarifs sociaux, etc …), les éléments perdus (principalement non consommation entrainant les non contributions, non impositions), les éléments sociaux (éducation, sécurité, civisme, moral, santé, etc ...).
- le cout global du chômage actuel ne vous donne plus la possibilité d'investir des finances pour le contrer.
- le chômage a un impact jamais chiffré totalement sur la société mais il existe et est négatif.
- le plein emploi n'existera plus, le chômage sera présent pour longtemps au détriment de générations ou d'entités complètes (jeunes, vieux, non qualifiés, etc ..).
- pris sur une longue échelle de temps, le chômage est en augmentation constante.
- pris sur une longue échelle de temps, aucune politique de l'emploi n'a fonctionnée.

Avons nous le droit de ne rien faire ?
Avons nous le devoir de faire mieux ?

Reste donc à inventer d'autres solutions … et si ce n'est pas une invention, il faut dans tous les cas faire circuler des idées neuves. Surtout diffuser et signer la pétition sur ce lien. (lien à ajouter)

N'oubliez pas: rien ne se crée, tout se transforme (même dans ce domaine).

Optimiser, être efficace et uniquement efficace avec ses actions

Depuis la nuit des temps, la richesse est venu de la production. Quel bien AXA peut assurer si vous n'êtes pas consommateur. Quel abonnement téléphonique peut vendre SFR si vous tournez à ressources réduites. Il est évident que la chaine de richesse va démarrer d'un producteur de biens comme PSA pour ensuite faire vivre les services divers ensuite. Dans une société, si rien ne se produit: tout s'arrête. L'époque des 30 glorieuses n'étaient qu'une époque de grosse production, de grande demande et non une époque formidablement bien gérée.
1 emploi industriel induit 2/3 emplois à sa suite. Aujourd'hui combien avez vous d'emplois industriels par rapport à un total de ? Créons de l'emploi industriel, c'est le meilleur rendement.

- Cibler les aides et baisses de charges sur les productifs. Plus Renault ou EADS que Auchan ou Groupama. Il faut de la discrimination … dans le sens positif (PSA → SFR → AXA).
- Embaucher devient un geste social. Il est normal de récompenser les entreprises à forte main d'oeuvre. Un calcul de l'IS tenant compte du nombre de salariés serait une mesure juste et efficace.
- On peut imaginer un système de paiement de tout ou une partie des charges Pôle emploi combiné avec de la récupération de ses charges en bons d'heures. Pourquoi payer la conséquence (chômage) si on pouvait éviter la cause (non emploi).

Combien d'emplois ?

Réellement faire avec sa caisse à outils et ne pas rêver des outils du voisin

Un réservoir énorme existe dans les tpe. Ne dit on pas le 1er employeur de France. Etant bien placé pour en parler, je peux vous assurer que l'on n'aide pas du tout le 1er employeur de France. Tout le monde connait un bon carreleur et tout le monde sait qu'il est très mauvais comptable.

- Simplifier les statuts (mesure gratuite).
- Simplifier l'administratif (mesure gratuite).
- Simplifier les normes (mesure gratuite).
- Mettre la tva et les charges en temps réel sur le mois, plus de différé sur plus d'une année (mesure gratuite) car beaucoup d'entrepreneurs comptent mal et confondent les caisses. Ceci assure facilement une plus grande pérennité de la tpe.
- Permettre l'embauche facile et surtout la débauche facile car c'est le poste débauche compliquée qui empêche l'embauche (deal à trouver: nouvelle forme de chèque emploi ? Prime de précarité si débauche facile ?). Il faut être conscient que si vous n'avez qu'un salarié dans une tpe donc petit volume d'affaire: à la moindre récession, l'entreprise devient instantanément en péril.

Combien d'emplois ?

Optimiser les secteurs à réserve d'emplois

Un secteur non délocalisable est un réservoir d'emplois et le premier s'appelle le bâtiment. Notre immobilier est trop cher. Nous passons la plus grande partie de notre vie et de nos ressources à le payer. Il est gouffre à finance et gouffre en énergie au détriment de l'investissement ailleurs et de la balance commerciale (poste énergie).
La plupart du temps, on achète à crédit sur 20 ans. Sur un investissement moyen de 200 000 €, vous le rembourserez le double. Si vous baisser l'achat de 30 000, vous économisez 60 000 sur 20 ans soit 3000 par an de pouvoir d'achat supplémentaire.

- Baisser le prix et faire d'une pierre 2 coups.
- Détaxer les matériaux d'isolation (j'insiste sur posé ou non par professionnel). Il faut permettre la meilleure isolation possible sur du neuf comme de l'ancien et ce pour la plupart des personnes. Anormal que l'on soit obligé de préférer les factures d'énergies tous les 2 mois plutôt que l'investissement d'isoler.
- Libérer du foncier pour faire baisser le prix des terrains.
- Promouvoir les constructions modulaires (pour le prix).
- Arrêter de faire des plans de rentiers où au final le contribuable paye par ses impôts la sur-majoration d'un promoteur et donc une partie du bien du rentier. Vous voulez louer ? Construisez tout seul.

Combien d'emplois ?

Circulez la monnaie !!!

Les gens aisés, ça existe. Ce n'est qu'un fait. Laissons les ou forçons les à dépenser. Préférez le fait qu'ils dépensent 1 euro directement plutôt que de le ponctionner dans les circuits de l'état qui ne restituera jamais totalement l'euro de départ. C'est l'efficience de l'argent et l'état est une perte de rendement. Vous aurez plus chaud si votre radiateur est à côté de la chaudière plutôt qu'alimenté avec 15 mètres de tuyaux.

- Les services à la personne devraient être totalement détaxés. Le donneur d'ordre paye un salaire, il n'y a pas de charge, il n'y a pas de réduction d'impôt. Vous obtenez rapidement un nombre d'emplois dans ce secteur (il y en aurait plus qu'actuellement). Il faut évidemment un contrôle drastique sur le champ d'application de l'emploi (l'emploi de service, ce n'est pas fait pour refaire la clôture).

Combien d'emplois ?

Les nouveaux emplois et la théorie de l'impulsion forte

Le cout du chômage et ses conséquences non chiffrées: on parle de plus de 100 milliards (voir plus haut). Je vais vous donner un autre chiffre: 5 milliards. 5 milliards et plus, c'est le nombre d'heures potentielles que la France accepte de perdre (un chômeur est compté à 1500h/an). Si je vous les donne, vous n'en faites rien ? Bien sûr que non. Et nos politiques ? Eux, ils n'en font rien. Donc on laisse des vies qui ne se font pas, des projets qui ne se font pas, du désespoir s'installer, des extrémismes se multiplier, des antagonismes se créer, la jeunesse se faire manger, etc ...Rien de positif.

La grande descente: on est dedans. Donc on descend. Pour remonter, il faut évidement freiner puis donner une grande énergie pour amorcer le mouvement contraire et ensuite entretenir cette vitesse pour arriver en haut. Le chômage, c'est pareil. Sur un chômage de masse tel qu'il est aujourd'hui: la vraie inversion ne sera qu'avec une grosse impulsion (désolé Mr le Président). 1 000 000 d'emplois, c'est l'impulsion (minimum ?). Ensuite le mouvement étant amorcé, il s'auto-alimente tout comme on auto-alimente dans le mauvais sens en ce moment. Personnellement, je ne trouve pas ça très théorique. Je ne connais pas d'inertie quelle que soit sa forme qui peut s'inverser sans force particulière.

Un cout du chômage élevé, c'est du financement potentiel. Des besoins, il y en a plein. On ne les couvre pas par manque de rentabilité à court terme et encore plus à long terme. Mais les besoins n'ont pas disparus. On vit simplement sans.

- Tourisme (j'insiste grosse industrie qui rapporte mais ça s'entretient): guide, interprète, accompagnateur, sécurité des touristes, nettoyage et entretien des lieux touristiques, etc ...
- Education (soutien scolaire)
- Educateurs (milieux défavorisés, echecs scolaires, apprentissage)
- Sécurité des personnes et des biens
- Ecologie (déficit énergétique), entretien forêts, digues, paysages, tri, aide à l'isolation, etc ...
- Entretien du patrimoine (tourisme)
- Préemption et rénovation des logements abandonnés depuis 15/20 ans
- Dépendances des personnes, Alzheimer Boomer qui viendra après le Baby
- Garde (principalement crèches)
- etc ...

- Vous avez plein de secteurs non couverts. Il suffit simplement d'y faire des emplois pérennes (CDI), avec des salaires normaux mais charges 0. Ne me parlez pas des caisses (les transferts, ça existe quand on veux). Globalement le financement existe (voir plus haut). Ensuite vous obtenez des vies qui se créent, des projets qui se font. Ceci rejaillit sur d'autres secteurs. La consommation se fait, la tva et les impôts s'encaissent. On remonte.

Combien d'emplois ? …. 1 000 000

Et plus ... si on le veut

Evidemment en fouillant, cherchant, comparant des courbes, des pays: on trouvera des solutions, des astuces. Le principe est simplement de prouver qu'il faut une grosse impulsion pour repartir du bon pied. Ajoutez un poil de bon sens et d'efficacité. Saupoudrez d'efficience monétaire. Il est encore temps mais il est grand temps.

Faites circuler, signez la pétition … surtout les principaux concernés. (lien à ajouter)

Emplois au rabais ?

Non. Nul part, je ne dis de sous payer les personnes. Le prix, c'est le prix de la qualification demandée comme ailleurs. Les emplois à charges 0 sont des emplois pérennes. Certains domaines d'intervention ne sont pas géniaux, c'est vrai mais l'autre choix est ? C'est combler le besoin qui donne l'emploi et non inventer le besoin. Surtout, je pense que ceci n'est peut être qu'une étape ou un tremplin dans une vie.

Plein emploi ?

Je préfère parler de taux de chômage acceptable. Acceptable dans le sens supportable. Revenir à 3%, c’était le taux de 1974. Le plein emploi n'est plus possible aujourd’hui, la Chine et les autres se sont éveillés et on partage cette croissance mondiale dans notre pays où on a 2 voitures et 3 télés. L’idée à retenir est que l’on doit utiliser cette masse d’heures pour ne pas briser des masses de vies et ne pas se retrouver avec des masses de problèmes sociaux en tout genre. Tout influe sur tout et surtout avec le temps. Les décideurs devraient se rendre compte que cela influera bientôt sur eux mêmes. Aujourd’hui entre le nombre de chômeurs officiels et leurs familles: on peut parler de +/- 10 millions de personnes impactées. C’est consternant … de ne rien faire.

Ajout mai 2017 ?

Je passe un temps (excessif) à lire des news sur l'automobile. La voiture autonome arrive à grand pas. Les constructeurs prévoient des commercialisations à partir de 2020. Des nouveaux intervenants arrivent Google, Apple, Mobileye, Uber, etc.
Rapidement, les taxis (Uber ou classique), chauffeurs de bus, chauffeurs-livreurs, carrossiers (moindre accident), etc. seront touchés.
Ce matin, un article sur un camion Volvo autonome, juste une personne pour ramasser les poubelles. J'ai déjà vu un article sur un robot qui ramassait les poubelles. Les deux finiront couplés. Les deux emplois disparaitront. Les recycler où ? Il ne va pas y avoir deux fois plus de poubelles à ramasser.
Nous n'avons pas l'emploi à mettre en face pour ceux qui sont touchés par l'automatisation au sens large.
Peut-être que le premier outil est le silex, la roue est peut-être la première mécanisation. Le progrès court depuis la nuit des temps, mais sa courbe est exponentielle.
Tant que la croissance basée sur la démographie mangeait les gains de productivité du progrès, les choses pouvaient rouler plus ou moins tranquillement.
Aujourd'hui, le progrès va infiniment plus vite que la démographie. La courbe du progrès est exponentielle surtout depuis que l'électronique contrôle et bientôt réfléchira, celle des besoins est plus linéaire, quelques % par an à l'échelle du monde.
Nos besoins croisent moins vite que les gains de productivité. Au nom de la chose économique, on laisse l'automatisme et on fait disparaitre l'emploi.

Je ne retouche pas ce que j'avais écrit en 2014. C'était loin d'être faux au vu du bilan chômage sur le quinquennat.
Le président Macron est tout neuf (presque). Il a 5 ans pour faire une chose moyenne ou 5 ans pour faire une chose exceptionnelle. Au vu des élections de mai, il ne faudrait pas se louper 5 ans de plus.
Moi Président, je prendrais des mesures exceptionnelles, garanties 5 ans en commençant par mettre à charges 0 (salariés, entreprises) avec 0 crédits d'impôt, tout le secteur de la dépendance des personnes. Et si je voulais tester, je le ferais 1 an dans un département.
Dans son programme, il prévoit de retirer des charges salariés et de les transférer sur la csg. C'est un début, mais j'irais plus sur 100 % des charges santé et retraite remplacées par une flat taxe sur tous revenus plus une TVA sociale (cotisation des importations).

Si c'était aussi simple, ils l'auraient déjà fait !!!

Je l'écris avant qu'on me le demande tous les matins. Allez voir votre politique le plus proche avec ses idées là, posez lui la question et à 99% vous n'aurez même pas une réponse et encore moins une étude. Ils sont dans leur monde, leurs alliances, leurs amis, la recherche de l'intérêt pas toujours très net (mais je ne dis pas "tous pourris" *) et pas dans la recherche de l'efficacité, du rendement, de l'efficience. Avez vous essayé d'écrire à votre député sur des idées générales ?

* j'en profite pour m'adresser aux politiques qui s'insurgent d'être traités de "tous pourris": il existe des solutions comme la transparence de tous les comptes, le référendum, la prise d'un régime général et le non renouvellement au delà de 2 mandats, etc .... Que des bonnes choses pour la vie démocratique. Si ça vous tente … j'ai une pétition ici (lien)

Le pdf du texte au 10 avril 2014

1-000-000-demplois-cest-un-vrai-changement.pdf

Dernière modification le vendredi 19 mai 2017 à 19:30:59 heures.

Accès aujourd'hui : 1 - en tout : 203.